Notre retour vers Kalamata où Terus allait hiverner était une route de 416 miles (770km) et nous avons donc décidé de le faire en plusieurs étapes et donc de nouveaux endroits. Notre première halte après le mont Athos était l’île de Limnos aussi appelée île de Lemnos. Si le Meltemi souffle, l’île est  très exposée et nous avons dû attendre une mer calme pour  faire la traversée.  Le port de l’île est  bien protégé du Meltemi mais le nombre  de places pour bateaux de plaisance est limité.   On remarquera une ancienne forteresse sur une colline non loin du port, elle est fort détériorée mais permet d’avoir une belle vue sur le port. Nous avons eu la chance de trouver une petite place car au moment où nous arrivions un  bateau était en train de partir. Pour nous, il était impératif d’y être fin Août car nous y recevions notre  seconde dose de vaccin Covid. En attendant le vaccin, nous avions plusieurs jours pour la visiter  et nous étions surpris des nombreux sites intéressants. L’île a plusieurs belles baies au sud qui peuvent offrir un abri relatif par vent du Nord. La flotte Anglaise et Francaise se sont rassemblées dans  ces baies avant de s’engager dans la guerre des Dardanelles ( aussi appelée bataille de Galipoli) lors de la première guerre mondiale. En Mars 1915 et Janvier 1916, les forces alliées ont  subi un cuisant revers contre l’empire Ottoman (Turquie de nos jours)  et ont été obligés de se retirer. Le premier site que nous avons visité : la chapelle de Panagia Kakaviotissa cachée dans une grotte est située sur un point élevé de l’île où la  vue sur la mer est superbe. Nous l’avons visité le 14 Août, jour où de nombreux pèlerins venaient y prier. La route qui mène à la chapelle s’arrête en cul de sac et une marche de 20 minutes est requise  pour arriver à celle-ci . Le meilleur moment pour la voir est le soir car elle est alors illuminée par le soleil. En grimpant vers la chapelle, nous avions aussi une vue sur l’intérieur des terres. Au mois d’août l’île est aride, au printemps celle-ci est très verte grâce aux pluies abondantes et offre une agriculture intensive. Après la chapelle, nous sommes redescendus vers le port de Nea Koutali. Ce port était jadis occupé par une flotte de bateaux récolteurs d’éponges, récemment la communauté Européenne a entrepris des travaux qui permettent aux voiliers d’accoster. On a beaucoup aimé le petit musée maritime où l’on explique la récolte des éponges. De nos jours, elle n’est plus pratiquée mais le musée explique très bien cette ancienne activité.  Après la courte visite, on est parti de l’autre coté de la baie vers le port de Moudros. Ce port est relativement grand mais difficile d’accès  pour des bateaux ayant plus de 2 mètres de tirant d’eau. Quelques bateaux de plaisance sont amarrés et restent la pour de longues périodes. Il y a quelques restaurants autour du port mais  pas moyen de s’approvisionner dans le port. Nous avons continué vers  le Nord de l’ile: Parc Faraklou. Cette partie est fortement exposée au Meltemi et la roche a été sculptée par le vents de façon très spéciale. On dirait un paysage lunaire. Certaines roches ressemblent à des molaires, d’autres à des mamelons ou des animaux. De cet endroit, on peut apercevoir l’île Turque de Gockceada distante de 11 miles. Plus loin dans la baie de Gomati le long de la côte il y a des dunes de sable. L’armée Grecque a abandonné un vieux char sur les hauteurs,  avec la canon pointée vers la Turquie. Ceci démontre au combien les relations entres les deux pays sont tendues. En continuant vers l’ouest de l’île , on trouve des indications pour plusieurs sites archéologiques. Les fouilles ont révélé que l’île était occupée depuis le 12 siècle av.JC. Nous avons visité le site de Kabeiroi où seul quelques morceaux de colonnes existent encore. Au niveau de la mer, sous les restes de temple, il y a une petite grotte  où l’histoire raconte que Philoctète (fils d’un roi Grecque qui partait pour la guerre de Troie)  a été abandonné par Ulysse suite à une blessure.  Cette blessure aurait mis du temps à guérir et après 10 ans, les Grecs sont venus  chercher Philoctète ce qui a permis la victoire de Troie. Nous étions un peu déçus de cette visite et avons décidé d’ignorer les autres sites. Lors de notre retour vers le bateau, nous nous sommes dirigés vers le lac d’Alyki. Ce lac est séparé de la mer par des plages de 2 km de large. En hiver, l’abondance de l’eau permet au lac de ressembler à n’importe quel lac. En été il s’assèche et l’on retrouve une vaste étendue de sel à la place. La superficie totale est de 1600 acres ( 650 hectares). En hiver, la plus grande colonie d’Europe de  flamands roses vient s’y déposer ainsi que d ‘autres oiseaux. La végétation est unique et le site est totalement protégé. Le 22 août ,le Meltemi se calmait, nous en avons profité pour aller vers l’île de Skyros( vers le sud). Cette île, située entre Limnos et Eubee nous a permis de faire une halte. On nous avait prévenu que le port était atypique car le maître du port était très actif. En effet, dès qu’il aperçoit un bateau, il vient en zodiac nous accueillir et nous aider à installer un amarrage très solide, ce qui nous paraissait exagéré. Le soir, on a vite compris que c’était la seule façon de s’y amarrer en toute sécurisé car un ferry accostait à seulement 20 mètres des voiliers, mal amarrés ils risquaient de   sérieux dégâts. L’île est relativement grande mais une partie est inaccessible car classifiée comme zone militaire. L’autre partie était interdite momentanément aux touristes de peur qu’ils provoquent des feux de forêt . Nous avons donc loué une moto et visité une petite chapelle creusée dans la roche dans le Nord-Ouest de l’île : Molos.  Actuellement, fermée au public, on sait que toutes les pierres qui ont du être cassé au burin pour la creuser. On ne peut qu’être admiratif. L’autre attrait de l’île est qu’elle possède un race de chevaux miniatures semi-sauvages. Cette race, le Skyros comme le nom de l’île vit dans les prairies en été et en liberté en hiver. Il a la taille d’un poney mais ressemble plus à petit  cheval. L’espèce  est menacée mais des programmes de sauvegarde sont en place. Ces chevaux sont dociles et bien adaptés à être montés par des enfants vu leur taille. Aujourd’hui, il y aurait environ  200 chevaux sur l’île mais ce nombre n’est pas suffisant pour garantir la survie de l’espèce. Il est relativement aisé de les observer, une des fermes en possède une trentaine. Après Skyros, nous avons mis le cap sur Karistou au sud de Eubée. Ce fut une navigation difficile car un fort courant et des vents renforcés nous ralentissait considérablement entre Andros et Eubée. Une fois que nous avions passé entre les deux îles ,la situation s’est rapidement améliorée. Après Karistou, on a passé une nuit agréable dans la baie au Nord de l’île de Kea puis on a mis le cap vers Poros, port que nous connaissions bien.  
Kanavia Kakaviotissa
Port de Lemnos
Parc Faraklou
Canon pointé vers la Turquie
Temple de Kabeiroi
Grotte de Philoctète
Lac d’Alyki
Forteresse
Cheval de Skyros
Molos

Sillages: 2021

Accueil Nos Sillages Position Actuelle Nos Amis Preparation Bateau Statistiques Contacter Nous English Début de cette page Page précédente Page suivante