De Kalymnos a Rhodes et fin de saison:  (Juin - Octobre 2022)
L’île de Kos située au sud de Kalymnos est un lieu très apprécié des touristes car il y a de  nombreuses plages. Il y a un aéroport international où les jets amènent  un flot continu de  passagers de toute l’Europe. Nous avons fait halte au port de l’île mais franchement nous avons été  très déçus. Cette île n’est dédiée qu’aux touristes et dans le port, on voit plus de 10 bateaux de  pirates qui promènent les touristes dans les environs. Il y a bien quelques ruines (Agora) et des  fortifications mais elles présentent peu d’intérêt. L’île de  Kos est aussi connu comme étant le lieu  de naissance d’Hippocrate fondateurde la medecine moderne. Non loin du port, on  retrouve l’arbre  d’Hippocrate  où le célèbre médecin partageait ces connaissances, mais à part cela, Kos ne vaut  vraiment pas le détour car d’autres îles des alentours ont bien plus à offrir. Pour moi Kos se résume  à plage, discothèque et balades sur des trimbales couillons (ce qui n’est pas notre style). Pour les  marins il faut savoir qu’aux extrémités Est et Ouest de l’île, on a souvent des vents forts et je  conseille  vivement de passer au large de l’île  sauf si votre destination est Kos. Non loin de Kos, il y  a au sud, l’île de Nysiros. Cette île volcanique mérite une visite car il y a encore un volcan actif et  vous ne serez pas déçu. L’île  fait partie de la chaîne volcanique de la mer Egée avec Methana, Milos et  Santorin. Nysiros  est le volcan le plus jeune de la chaîne qui a fait sa première éruption il y a  160.000 ans. Avant, l’île  n’existait pas. Elle s’est formée par de nombreuses éruptions les unes après les autres  avec  différents types de laves. La beauté de Nysiros est lié justement à ces formations de roches   volcaniques différentes. On y trouve des pierres ponces mais aussi des basaltes et autres roches  volcaniques sur l’île. Pour visiter, rien de plus facile car on peut facilement louer une voiture ou un  scooter ( un conseil: arriver au cratère tôt le matin quand la température est encore agréable et  les touristes de Kos pas encore là). En arrivant sur le site du parc géologique du volcan, on ne  manquera pas de penser que nous sommes sur un site lunaire.  D’abord, on sera attiré par le grand  cratère Stephanos. On peut descendre dans ce cratère et observer à distance différents évents  de vapeurs. Même si on ne peut s’approcher des évents, l’odeur du souffre est omniprésente. Mais  ne manquez surtout pas de visiter deux cratères, plus petits, situé à droite du guichet d’entrée.   Le long du chemin, vous pourrez  observer des évents actifs avec leur jolie parois couverts de  cristaux de souffre. Attention, les émanations qui sortent des évents sont brûlantes.  Au bout du  chemin se trouve le cratère de Polyvotis qui a eu des éruptions en 1871 et 1877. Son diamètre est  de 30 mètres. Après la visite du champ volcanique, je vous conseille de visiter le musée du volcan  situé à l’entrée du village de Nikia. Ce petit village est situé au point culminant de l’île et offre une  vue magnifique sur le volcan mais également sur la mer des alentours. Le musée mérite la visite car  une excellente vidéo relate la formation de Nysiros ainsi que les différentes éruptions. Il y a aussi  toute une collection de roches volcaniques qui explique que chaque éruption était différente. Après  notre visite du volcan, on est retourné sur Terus dans le ravissant port de Pali. Ce port situé au  milieu de la côte nord  est très typique et charmant. Une fois les restaurants fermés, le village est  très calme car il n’y a que quelques restaurants ouverts tard le soir. A l’ouest de l’île se trouve la  ville de Mandraki qui est typiquement touristique. De gros ferries venant principalement de l’île de  Kos débarquent de nombreux touristes à toute heure du jour et ils se promènent dans Mandraki.  Certains sautent dans un bus pour visiter le volcan. Au-dessus de Mandraki, il y a des ruines du  château « Paleocastro ». Ce qui reste est une énorme enceinte fait de gros blocs de basalte. Sur  l’enceinte extérieure près de la porte principale, on peut encore voir des inscriptions taillées dans  la pierre qui rappellent aux marchands de se mettre à plus de 1m50 de l’enceinte pour permettre  aux soldats de faire la ronde. Les premiers éléments de la forteresse datent du 8ième siècle avant  notre ère. Le périmètre de la forteresse est de 2km approximatif et certains blocs pèsent plus de  3,5 tonnes. On ne sait pas comment les blocs ont été transportés mais le travail était  titanesque.Après Nysiros,  nous nous sommes dirigés au sud sur l’île de Tilos. Le port est petit et  seul une dizaine de bateaux peuvent s’y abriter. Au premier abord, il n’y a pas grand-chose à visiter.   Mais si  l’on se documente, on découvre que cette île a une histoire fabuleuse. Les premières traces  de la présence humaine datent de près de 8.000 ans avant  notre ère et de nombreux os  d’éléphants nains  préhistoriques ont été mis à jour dans la grotte de Charkadio. De nos jours,  l’attrait principal de l’île sont les plages.  Si on loue un véhicule, on peut visiter un petit monastère.  La route vers le monastère longe la côte nord de l’île en hauteur et on a, de là-haut, une vue  superbe. En retournant vers le port, on verra peu après l’unique pompe à essence et un panneau vous  montrant le chemin vers le village de Micro Chorio.  Ce  village a été détruit par un gros  tremblement de terre en 530 de notre ère. Aujourd’hui, il ne reste qu’un énorme champ de ruines.  Il y règne une ambiance particulière et plusieurs chèvres se promènent librement. On voit même les  anciennes meules à olives à l’air libre. Le maire de l’île a fait voter toute une série de lois qui  interdissent de construire des maisons de plus de deux étages. Les déchets sont recyclés sur l’île  et le bus est électrique. Les discothèques sont interdites le long des plages et seul un bar situé à  l’entrée de Micro Chorio est autorisé à diffuser de la musique le soir. Dans le port, il y a plusieurs  bars mais la musique est de volume très raisonnable . On est loin des excès de certaines îles où le  roi décibel règne la nuit. Pour les promeneurs, Tilos est un paradis pour les amateurs de randonnées  car il y a de nombreux sentiers.Après Tilos, nous avons fait route à l’Est vers l’ile de Symi . Cette  île proche de la Turquiepossède une baie au nord qui sert de port principal. La première chose qui  frappe les visiteurs est l’architecture des maisons où l’on a des façades multicolores avec des toits  inclinés. Le soir, le port est envahi par de nombreux supers yachts de luxe venant de Turquie. On se  croirait à Saint-Tropez. Terus est un nain quand on voit les supers yachts alignés dans le port et ils  y arrivent nombreux, c’est un ballet impressionnant mais ceux-ci doivent aller à l’emplacement  désigné par le maître du port. Terus n’a pas ancré dans le port principal mais plutôt dans le port de  Pedi situé dans une baie au sud du port principal. On y retrouve une ambiance beaucoup plus calme  et si l’on veut visiter le port principal, il y a un bus  qui vous permet de vous y rendre toutes les  heures. De nombreux bateaux passent la nuit à l’ancre dans la baie de Pedi mais les ancres tiennent  mal dû à la nature des fonds et très venteux. Il est donc conseillé de se mettre au petit port si du  vent est annoncé.  Au sud de l’île de Symi, il y a une baie qui offre un excellent abri quel que soit la direction du vent.  Pour protéger l’entrée de la baie, il y a un petit bunker qui abrite une grosse mitrailleuse  entretenue avec beaucoup de graisse. La baie de Panormitis est très calme la nuit mais de jour, il y  a plusieurs ferries qui viennent du nord de l’île ou de Rhodes pour permettre la visite du monastère.  Celui-ci a été construit au 18ième siècle et est le bâtiment principal. De nombreux marins ont  offert des cadeaux au monastère pour implorer la protection des Dieux. C’est aussi un endroit où  l’on aime se marier. Il y a aussi une bonne boulangerie mais pour le reste, il est nécessaire de se  rendre au port principal en bus si l’on veut s’approvisionner. Après Symi, on ne résistera pas à  naviguer vers l’île de Rhodes. Pour s’y rendre, on navigue la plus grande partie du temps dans les  eaux territoriales Turques mais ceci ne pose aucun problème. Au nord de l’île, il y a différents  ports mais le plus intéressant est celui de Mandraki car situé près du centre historique. L’entrée  duport est marqué par deux colonnes où des statues de cerf délimitent la zone portuaire. Une fois  amarré, on verra la vieille ville avec son château impressionnant. Le port de Mandraki est protégé  par une grosse tour et un mur d’enceinte. Plus loin on verra le port des ferries où les lignes de  ferries accostent mais aussi des bateaux de croisière de plus de 200 mètres pour une halte de  24h. Le port de Rhodes  est situé à un endroit stratégique de la Méditerranée. Les premiers  vestiges de peuplement datent du 4ième siècle avant notre ère, mais peu de traces subsistent.  L’histoire de Rhodes est par la suite très riche en bouleversement où Turcs, Anglais, Ottomans,  chevaliers, Italiens et Allemands ont occupé l’île. Mais ce sont les chevaliers de l’ordre des  hospitaliers de St Jean qui occupèrent la ville de 1308 à 1521 qui ont construit la ville    telle que nous la connaissons aujourd’hui. Il y avait sur l’île une importante communauté juive et  pendant la guerre de nombreux juifs Espagnols croyaient y trouver un refuge. Hélas, lors de  l’arrivée des Allemands en juillet 44,  ils furent capturés et envoyés en Allemagne pour y être  exterminés. Depuis 1948, l’île fait partie de la Grèce. L’île de Rhodes est un endroit très  touristique. Il y a de nombreuses plages et de très nombreux hôtels pour accueillir les touristes.  Comme attractions touristiques, il y a d’anciens temples Grecques à Rhodes et bien sûr la ville  historique au nord. Le musée archéologique est un must à visiter. Non seulement ils contient de  nombreux objets mais il est situé dans l’ancien hôpital des chevaliers. Une pièce impressionnante  était non pas un réfectoire mais la salle des malades où les chevaliers  étaient soignés.  Elle est située au premier étage et fait près de 60 mètres de long.  Si vous arrivez tôt, les guides  n’hésitent pas à vous raconter l’histoire passionnante des lieux. A côté du musée archéologique, il y  a le château des Seigneurs. Les seigneurs des lieux y logeaient mais vers 1850 une importante  explosion a détruit une aile du bâtiment. Mussolini lors de la guerre de 40 a décidé de restaurer le  bâtiment afin d’avoir une résidence d’été. Il n’a pas eu le temps d’y loger mais il y a aujourd’hui, un  bâtiment qui est très bien restauré et la visite est intéressante. Mussolini avait fait venir des  cadeaux reçus du Japon et une pièce est donc décorée de magnifiques vases Japonais. Le centre  historique de Rhodes est bien sûr entouré par un  mur d’enceinte et une fois à l’intérieur on y  découvre de très nombreuses ruelles anciennes et pavées qui sont très bien préservées.  Le matin, les rues sont désertes et avec un peu d’imagination, on devine le bruit des sabots des  nombreux chevaliers qui s’y promenaient. L’endroit a servi aussi au tournage de nombreux films  dont le film « les canons de Navarone » avec Anthony Quinn. Après avoir visité Rhodes, nous avons  profité du beau temps pour naviguer vers le sud-ouest vers l’ile de Khalki. L’eau dans le port est  très limpide. Le village est pittoresque  et calme même la nuit. Le plus impressionnant est de voir  les grands ferries manœuvrer dans le port car en tournant pour mettre l’arrière du navire contre le  quai, ils tournentà quelques mètres des bateaux de plaisance. L’équipage maîtrise parfaitement la  manœuvre mais néanmoins, on est soulagé quand le bateau est amarré. Nous avons aussi profité de  la clarté de l’eau pour faire une plongée non loin du port et sommes tombés sur des débris  d’amphores. Il y avait certainement plus bas, des restes d’une épave mais comme nous étions en fin  de plongée nous devions remonter. Après 2 jours sur l’île de Chalki nous nous sommes dirigés vers l’île de Alimnia. Cette île offre une  grande baie qui protège bien les bateaux. On y trouve dans les hauteurs  un ancien château en  ruines. Au fond de la baie, il y a  un petit monastère qui est restauré par Kostas. Cette personne  aime raconter sa vie où il aime la solitude de l’île. Il ne se rend à Rhodes qu’un minimum de fois pour   voir son fils et s’approvisionner. Dans le monastère, il y a deux dortoirs où toute personne qui le  désire peut y loger à titre gracieux. La baie d’Alimnia offrait aussi un abri aux navires de guerre  Allemands. Des soldats y avaient même établi une base sur l’île. Sur des bâtiments en ruine, on peut  encore voir des dessins fait par les soldats de l'époque avec des inscriptions allemandes.  La fin de  saison s’approchait et nous devions remonter vers Leros où nous allions mettre Terus pour l’hiver.  Nous sommes encore restés quelques jours à Kalymnos et surtout à Lakki (Leros) pour commencer à  désarmer et nettoyer Terus car  le 10 octobre, on devait se diriger vers le chantier pour la sortie  de l’eau.  Même si durant cette saison, nous avons eu beaucoup de vent, nous avons aimé les  Dodécanèse à cause de la diversité des îles. 
Port de Kos Arbre d’Hippocrate Agora Cratère Stéphanos Pierre Ponce Basalte Port de Pali Souffre Fumerolles Autres cratères Mandraki Paleocastro Port de Tillos Monastère Micro Chorio Port Symi Port Pedi Panormitis Rhodes Musée archéologique Ancienne salle des malades Chateau des Seigneurss Rhodes le soir Chalki Débris d’amphores Alimnia

Sillages: 2022

Haut de cette page Page Précedente Page Suivante Accueil Nos Sillages Position Actuelle Nos Amis Preparation Bateau Statistiques Contacter Nous English